Amazon veut étendre sa domination sur le e-commerce
Amazon veut étendre sa domination sur le e-commerce


Le numéro un mondial du e-commerce propose une vingtaine de marques, notamment d’habits, mais fait croire que ce sont des entreprises tierces. Le but est d’attirer de nouveaux clients et d’accroître ses marges.Elles s’appellent Arabella, North Eleven, NuPro ou encore Mama Bear. A première vue, ce sont des marques indépendantes présentes sur Amazon, comme il en existe des milliers. Mais en réalité, ce sont des marques créées et détenues par le numéro un mondial du e-commerce, qui se garde bien de le préciser à ses clients.



Comme l’a révélé une enquête du site spécialisé Quartz publiée lundi soir, Arabella (lingerie), North Eleven (habits féminins), NuPro (accessoires électroniques) et Mama Bear (produits pour bébé) sont un moyen, pour le groupe américain, d’accroître ses ventes via une nouvelle stratégie.

En soi, qu’un distributeur lance ses propres gammes de produits, afin d’accroître ses marges, n’est pas nouveau. En Suisse, par exemple, Migros vend des chocolats sous sa marque Frey, son eau minérale sous la marque Aproz ou des plats préparés avec le logo Anna’s Best. Le distributeur suisse indique son lien avec ses marques. Or Amazon ne le fait pas toujours.

Une seule indication claire

Pour parvenir à cette découverte, Quartz a passé en revue environ 800 marques déposées par Amazon auprès de l’office national des brevets et des marques aux Etats-Unis. Il en ressort que 19 de ces marques sont présentes sur le site Amazon.com.

Un seul indice montre – de manière indirecte – un lien avec le groupe: il est indiqué pour les 19 marques que les produits ne sont accessibles qu’aux clients du service «Prime», qui coûte une cinquantaine de francs par an et qui offre certains avantages. A noter qu’une seule des 19 marques, Pinzon (draps de lit et linges), est indiquée clairement comme appartenant au groupe.

Toujours selon Quartz, Amazon a déposé plusieurs noms de marque qu’il ne semble pas encore utiliser, que ce soit dans le domaine des surgelés, du maquillage, des accessoires pour voiture ou des habits pour homme.

En parallèle, le site spécialisé a identifié une dizaine de marques, non enregistrée auprès de l’office national des brevets et des marques, qui ne sont disponibles que sur le portail d’Amazon – ce qui laisse à penser qu’elles appartiennent au groupe.

Début juin, le site spécialisé Mashable indiquait que, selon une étude, le groupe détient, aux Etats-Unis, 30% du marché des piles avec sa marque AmazonBasics et 15% de celui des couches pour bébé.

Pourquoi cacher au client le fait que certaines marques lui appartiennent? Le responsable d’une agence de publicité de New York, contacté par Quartz, affirme que la marque Amazon a ses limites. «Pouvez-vous imaginer quelqu’un dire «Oh! ce lubrifiant Amazon est si sexy»? Le groupe possède des produits qui lui sont clairement identifiés, comme les haut-parleurs Echo. Mais il ne pourra pas tout vendre sous sa marque. De plus, commercialiser des produits sous une marque permet d’afficher des prix plus élevés.

Chiffre d’affaires en hausse

Si le moindre geste d’Amazon est scruté, c’est parce qu’il est de plus en plus important dans la vente en ligne. Mardi, le Wall Street Journal indiquait que selon une étude de la banque RBS, 90% des Américains affirment que le site de e-commerce qu’ils utilisent le plus est celui d’Amazon.

Selon RBS, Amazon détient 20% du marché américain de la vente en ligne. Lors du deuxième trimestre, son chiffre d’affaires mondial a progressé de 24,8% à 37,96 milliards de dollars (36,82 milliards de francs) alors que son bénéfice chutait de 857 millions un an plus tôt à 197 millions.

MDN

Charlie Mens

CEO Marketingdunet.com et Chef de la rédaction, je zappe entre marketing Digital,E-CRM,Cloud,Social Média et l'E-Merchandising et les sites du E-marketing, je partage ma veille sur @marketingdunet et sur Marketingdunet.com ..

Donnez votre feedback:

0 comments: